Tarier pâtre

Saxicola rubicola - European Stonechat

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Saxicola

  • Espèce
    :

    rubicola

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : 18 à 21 cm.
  • Poids
    : 14 à 17 g
Longévité

5 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Muscicapidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (10 à 20 cm de longueur). Dans un premier temps, ils regroupaient principalement les gobemouches au sens large. Mais les recherches récentes ont montré qu'il fallait leur adjoindre certains taxons appartenant jusqu'alors aux Sylvii... lire la suite

Description identification

Tarier pâtre
♂ adulte plum. nuptial
Tarier pâtre
♀ adulte plum. nuptial

Le Tarier pâtre était appelé auparavant Traquet pâtre. La nouvelle appellation peut être déroutante pour les "anciens". Le mâle adulte nuptial est d'identification facile de par son plumage tricolore, noir, blanc et roux. La tête est comme couverte d'un capuchon noir qui inclut l'œil noir et qui est souligné latéralement par deux larges bandes blanches formant demi-collier. Le bec fin est noir lui aussi. Le manteau, le dos et les couvertures alaires sont pratiquement noirs après usure des tectrices en fin de saison de reproduction. Plus tôt, ces dernières sont ourlées de chamois, ce qui éclaircit le dessus. Du blanc est en général bien visible dans l'aile au niveau des couvertures moyennes internes. Le croupion et les sus-caudales sont très pâles, quelquefois blancs. Les rémiges et les rectrices sont noires avec des liserés chamois. La poitrine est roux-châtain clair, le roux se prolongeant latéralement sur les flancs. Le ventre et les sous-caudales sont blancs. Les pattes sont noirâtres. Les deux sous-espèces, rubicola et hibernans ne diffèrent pas significativement.
La femelle adulte ressemble au mâle, mais en beaucoup plus terne et avec le patron de plumage comme estompé. Le plumage est brun moyen dessus, roussâtre dessous. Sur la tête s'esquissent un sourcil et une réminiscence du demi-collier, blanchâtres tous les deux. La gorge est souvent tachetée de sombre. Le manteau est rayé de brun et de chamois. La tache blanche de l'aile est présente. Les parties inférieures sont roussâtres à l'exception des sous-caudales blanches. Le roux est plus marqué sur la poitrine. De légères stries sombres sont parfois visibles.
Le juvénile est inconfondable. Il ressemble à la femelle, mais son plumage est maculé dessus et dessous, caractère de muscicapidé. Les parties supérieures sont tachetées de crème roussâtre et les parties inférieures de brunâtre. Cette caractéristique disparaît assez rapidement par usure dans le courant de l'été.

Indications subspécifiques 2 sous-espèces

  • Saxicola rubicola rubicola (w, c and s Europe, nw Africa and Turkey to the Caucasus)
  • Saxicola rubicola hibernans (Ireland, Britain, w France and Portugal)

Noms étrangers

  • European Stonechat,
  • Tarabilla común,
  • Cartaxo-comum,
  • *Schwarzkehlchen,
  • Cigánycsuk,
  • Roodborsttapuit,
  • Saltimpalo comune,
  • Svarthakad buskskvätta,
  • Svartstrupe,
  • pŕhľaviar čiernohlavý,
  • bramborníček černohlavý,
  • Vestlig Sortstrubet Bynkefugl,
  • mustapäätasku,
  • Gewone Bontrokkie,
  • bitxac comú,
  • Hagaskvetta,
  • kląskawka (zwyczajna),
  • tumšā čakstīte,
  • prosnik,
  • Черноголовый чекан,
  • ヨーロッパノビタキ,
  • 黑喉石即鸟,
  • 黑喉鴝〔黑喉石鵖〕,

Voix chant et cris

Tarier pâtre
♂ adulte

Le chant est une phrase brève faite de notes sifflées assez grinçantes. La tonalité en est un peu monotone. Il n'est pas sans rappeler le chant de la Fauvette grisette qui fréquente les mêmes endroits, en plus bref et moins élaboré.
Le cri est un "sit tjek tjek", les deux dernières syllabes comme mouillées, pouvant se décomposer en "sit" isolés, abrégé en "sit tjek" ou en "tjek" (ou "tjak") isolé ou doublé. Quoiqu'il en soit, un cri très typique de l'espèce.

Habitat

Tarier pâtre
♂ adulte plum. transition

Le Tarier pâtre est un oiseau des milieux ouverts et semi-ouverts, cultivés ou non et pourvus d'un minimum d'éléments ligneux, mais pas trop.

La liste est donc longue des différents faciès habités par l'espèce du niveau de la mer jusqu'à près de 2 000 m dans les Alpes, landes, milieux littoraux, bordure des grands marais, tourbières, prairies, friches (militaires en particulier), espaces agricoles, milieux rudéraux, linéaires de voiries, etc. Ces milieux sont fréquentés en toutes saisons, excepté les habitats d'altitude dont les oiseaux descendent en plaine en hiver.

Comportement traits de caractère

Tarier pâtre
♂ 2ème

De nombreux Tariers pâtres sont sédentaires grâce à un climat doux et vivent en couple toute l'année, défendant ensemble leur territoire surtout à la belle saison.

Tarier pâtre
♀ adulte
D'autres sont obligés de partir pour des raisons climatiques et dans ce cas, les couples se séparent et ne se retrouveront le cas échéant qu'au printemps suivant sur leurs terres.
Le Tarier pâtre n'est pas du tout un oiseau grégaire. Les groupes les plus importants que l'on puisse observer à la belle saison sont les groupes familiaux avant l'émancipation des jeunes. Il peut y avoir une certaine cohabitation en hiver dans les secteurs particulièrement favorables, mais on ne peut pas parler de groupes consistants et coordonnés.

Vol

Tarier pâtre
♂ adulte

En bon sédentaire, le Tarier pâtre n'a pas besoin d'un vol rapide que ses ailes courtes et arrondies interdisent de toute façon. Dans ses déplacements locaux, il a un vol un peu bondissant, quelquefois papillonnant quand il survole son territoire. Il pratique volontiers le vol sur place pour inspecter son environnement et repérer ses proies. Comme chez tous les muscicapidés, les ailes ne battent pas en permanence mais par séquences, d'où le vol onduleux.

Alimentationmode et régime

Tarier pâtre
♂ adulte

Le Tarier pâtre est presqu'exclusivement insectivore. Il capture toutes sortes d'invertébrés de taille petite à moyenne, surtout des insectes (coléoptères, diptères, lépidoptères, etc.

Tarier pâtre
♂ adulte
mais également d'autres arthropodes (arachnides, myriapodes, crustacés terrestres, etc.), de petits mollusques, de petits vers, un petit lézard à l'occasion, etc.
Il chasse à l'affût depuis un poste dominant, arbuste, piquet, poteau, fil, tas de bois ou de cailloux, etc. Il chasse également en vol sur place avec retour au perchoir initial ou sur un autre.
La part végétale du régime est infime. Il consomme le cas échéant quelques petites graines et quelques baies comme celles des Rubus.

Reproduction nidification

Tarier pâtre
♀ adulte

Le Tarier pâtre est monogame et territorial. La saison de reproduction s'étale de mars à août et commence tôt du fait de la sédentarité de l'espèce. D'avril à juillet, les couples ont le temps de mener à bien deux nichées successives, mais ce n'est pas le cas des oiseaux d'altitude ou de milieux plus froids.
La saison commence par la pariade, c'est à dire la formation ou la reformation des couples, et cela dès le mois de mars voire plus tôt encore. Le mâle écarte ses rivaux de la voix et par une démonstration d'agressivité avec poursuite des intrus.

Tarier pâtre
♀ adulte
Pour attirer une femelle, il lance son chant bref et monotone, d'ordinaire depuis un perchoir élevé. Il peut aussi effectuer un bref vol nuptial jusqu'à une 20e de mètres de hauteur tout en donnant de la voix. Il peut également aborder une femelle en effectuant un vol surplace au-dessus d'elle en chantant ou l'approcher à terre en paradant.
La femelle bâtit son nid au sol ou à faible hauteur, sous une touffe herbacée ou au pied d'un petit buisson dense. Le nid est un amas volumineux mais sommaire d'herbes et de feuilles sèches ménageant une coupe interne garnie de poils, de laine de mouton, de plumes et autres éléments doux. Un petit tunnel dans la végétation en permet souvent l'accès. La femelle y dépose 5 à 6 œufs bleu pâle finement tachetés de brun-rouge. La femelle couve seule pendant 14-15 jours, puis s'occupe des jeunes dans les premiers jours. Par la suite, ils sont nourris au nid par les deux adultes pendant une 15e de jours et jusqu'à 4 ou 5 jours après l'envol. La femelle s'éloigne alors afin de construire un nid pour la nichée suivante, tandis que le mâle continue à nourrir les jeunes pendant 5 à 10 jours de plus. Ceci peut se répéter pour une troisième nichée éventuelle.

Distribution

Tarier pâtre
♀ adulte plum. transition

Le Tarier pâtre se reproduit de l'ensemble Îles britanniques, France, Espagne et Maghreb à l'ouest au nord de la Turquie, au Caucase et à la région du Don en Russie à l'est, en une aire continue qui englobe la Mer Noire. La sous-espèce hibernans niche en Irlande, en Grande-Bretagne, en Bretagne et sur la côte occidentale de l'Espagne.
La majorité des oiseaux sont sédentaires, mais certains marginaux sont migrateurs partiels (oiseaux d'Irlande, oiseaux d'altitude).

Menaces - protection

Tarier pâtre
♂ adulte plum. transition
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Tarier pâtre est une espèce commune, globalement non menacée. Elle peut l'être localement du fait des activités humaines.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Tarier pâtreFiche créée le 20/11/2020 par
publiée le - modifiée le 22-11-2020
© 1996-2020 Oiseaux.net