Pipit farlouse

Anthus pratensis - Meadow Pipit

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Motacillidés

  • Genre
    :

    Anthus

  • Espèce
    :

    pratensis

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : 22 à 25 cm.
  • Poids
    : 16 à 25 g
Longévité

8 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Motacillidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (11 à 24 cm), à longue queue et à longues pattes à doigts munis de longs ongles. Leur plumage est le plus souvent discret et cryptique, brun et strié par exemple. Quelques espèces exhibent des couleurs plus voyantes comme du noi... lire la suite

Description identification

Pipit farlouse
adulte plum. nuptial
Pipit farlouse
adulte

A l'image de la majorité des pipits, le Pipit farlouse est un petit passereau brun au plumage rayé, d'une 15e de cm de longueur, sans caractère vraiment saillant, au point que son identification peut être malaisée. En effet, dans son aire de distribution, 5 autres espèces ont plus ou moins le même aspect. La voix est le meilleur des critères (chapître suivant). Vient ensuite un ensemble de critères qui, pour être conclusif, doit être positif pour chacun d'eux. Voyons les successivement chez l'adulte qui ne présente pas de dimorphisme sexuel.
Tout d'abord, la tête. Le farlouse a en général la face "ouverte". L'oeil sombre est entouré de clair, les lores sont clairs, un vague sourcil clair surmonte l'oeil, la calotte est finement striée, une large moustache pâle part du bec en direction de la base du cou. Cette moustache est surmontée d'une bande brun noirâtre sous l'oeil et soulignée d'un trait malaire noir plus fin et plus net qui rejoint une zone noire sur le côté du cou. Le menton et la gorge sont blancs. Le bec est plutôt fin, avec la base de la mandibule jaune. Le patron de tête perd de sa netteté avec l'usure du plumage dans le courant du printemps.
Ensuite le manteau. En plumage neuf, il est nettement strié en long. Sur fond brun beige nuancé d'olive alternent de larges stries noirâtres et chamois clair. Ces dernières ne doivent pas être blanches, crème roussâtre tout au plus. En plumage usé, le manteau perd de ses contrastes, s'uniformise et devient moins typique.
En 3e lieu, les parties inférieures. La teinte de fond est blanche, lavée de roussâtre en plumage neuf. Ce roussâtre n'est pas restreint à la poitrine, mais gagne le ventre et les flancs. A l'arrière des flancs, on observe généralement une zone plus rousse. Avec l'usure, le dessous va pâlir jusqu'à devenir presque blanc à la fin. La poitrine est nettement marquée de stries noires qui se prolongent sur les flancs en gardant leur intensité et en formant le plus souvent deux nets alignements noirs. Le milieu de la poitrine est souvent marqué d'une tache noire irrégulière, un peu à la façon des bruants néarctiques.
Enfin, les pattes. Elles sont pâles, le plus souvent roses à rosâtres, parfois jaunâtres et plus rarement d'un brun clair. L'ongle postérieur est très long, plus long que le doigt lui-même.
Un critère additionnel quand on arrive à le voir, le croupion. Le farlouse a le croupion uni, d'un roux nuancé d'olive qui contraste bien avec le reste.
Le juvénile a le plumage neuf, plus sombre et plus roux que celui de l'adulte, en particulier dessous.
Pour terminer, voyons rapidement les caractères des autres pipits permettant d'éviter la confusion. Chez nous, à la belle saison, le Pipit des arbres est le principal écueil à éviter. Chez lui, la teinte rousse du dessous est limitée à la poitrine et les stries des flancs sont bien plus fines que celles de la poitrine.
Au moment des passages migratoires, le jeune Pipit à gorge rousse ressemble beaucoup au farlouse. Il faut regarder le manteau qui chez lui porte de nettes bretelles blanches. De plus, le cri est très différent.
En période hivernale, le Pipit spioncelle de première année ou l'adulte hivernal ajoutent à la difficulté. La manteau du spioncelle est toujours beaucoup plus uniforme, sans stries nettes ou avec des stries estompées. En général, un net sourcil blanchâtre surmonte l'oeil. Ses pattes sont sombres, rougeâtres à brunâtres, voire noirâtres.
Laissons de côté le Pipit de la Petchora qui est d'une grande rareté en France.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Meadow Pipit,
  • Bisbita Pratense,
  • Petinha-dos-prados,
  • Wiesenpieper,
  • Réti pityer,
  • Graspieper,
  • Pispola comune,
  • Ängspiplärka,
  • Heipiplerke,
  • ľabtuška lúčna,
  • linduška luční,
  • Engpiber,
  • niittykirvinen,
  • titella,
  • Þúfutittlingur,
  • świergotek łąkowy,
  • pļavu čipste,
  • travniška cipa,
  • Луговой конёк,
  • マキバタヒバリ,
  • 草地鹨,
  • 草地鷚,

Voix chant et cris

Pipit farlouse
adulte

Le chant du Pipit farlouse est typiquement un chant de pipit. Il est émis en vol nuptial. Le chanteur se tient sur un perchoir un peu dominant, arbuste ou piquet, sur lequel il commence à chanter avant de prendre son envol et sur lequel il revient à l'issue de la descente en vol plané. Le chant n'a pas la puissance de celui du Pipit des arbres, il est plus liquide, plus fin, et évoque plutôt le chant du Pipit spioncelle qui lui est en montagne en milieu rupestre.
Le cri le plus fréquent, émis souvent à l'envol, est un "psit" incisif, souvent répété deux ou trois fois. Il n'a pas son équivalent chez les autres Anthus.
Le cri d'alarme près du nid de la part des adultes est un "tsip" appuyé, pouvant se dédoubler en "psitip" quand l'inquiétude augmente.

Habitat

Pipit farlouse
adulte plum. internuptial

Le Pipit farlouse est un oiseau des milieux humides ouverts à semi-ouverts du niveau de la mer jusque assez haut en montagne en fonction des habitats disponibles.

On le trouve ainsi dans les marais côtiers, les dunes, les marais salants, les prés salés, les prairies de fauche des vallées alluviales, les grands marais de l'intérieur, les landes, les tourbières, les pâtures humides, les jachères, et localement les prairies mésotrophes non fauchées, les clairières forestières, etc.
En hiver, il fréquente les mêmes milieux mais aussi beaucoup tous les espaces agricoles, et ceci en groupe.

Comportement traits de caractère

Pipit farlouse
adulte

L'origine du nom de genre Pipit (pipi ou pipit ou pitpit) provient du cri de ces oiseaux. L'origine du nom spécifique "farlouse" est inconnue mais le terme était déjà employé par Belon en 1555.

Pipit farlouse
adulte
Quant au nom de "Pipit des prés" qui lui était donné auparavant, il est simplement la traduction littérale du mot latin "pratensis" qui veut dire "des prés, prairial".
Le Pipit farlouse est sédentaire ou plutôt erratique, ou alors migrateur suivant les conditions climatiques. Ils deviennent grégaires après la reproduction. En France, il est présent partout en hiver dans les milieux favorables où se mêlent oiseaux locaux et migrateurs venus de l'est.
Autant un Pipit farlouse seul peut être discret, autant une troupe inter-nuptiale en vol ne passe pas inaperçue, d'autant plus que les nombreux cris émis alors attirent l'attention. L'essentiel de leur activité est au sol. C'est au sol qu'ils recherchent leur nourriture. En cas d'alerte, par exemple du fait de l'occurrence d'un épervier, toute la troupe va se réfugier dans des ligneux, buissons, haie, bosquet, où les oiseaux se sentent à l'abri. Une fois le danger passé, le groupe retourne au sol progressivement, les moins peureux en premier.

Vol

Pipit farlouse
adulte

Le vol du farlouse est un vol typiquement "pipit. La silhouette déjà est une bonne indication. Les pipits ont les rémiges tertiaires très allongées, ce qui donne à leur ailes une forme un peu triangulaire que l'on arrive à percevoir.

Pipit farlouse
adulte
Le milieu et la période aident également à l'identification. Par ailleurs, comme beaucoup d'autres passereaux, ils ont un vol onduleux, leur ailes battant rythmiquement. Reste à déterminer l'espèce et là, c'est surtout à la voix qu'on identifie l'espèce, un peu à l'allure aussi.
Le vol nuptial est le fait du mâle reproducteur. C'est un vol territorial avec émission du chant de bout en bout et un phrasé différent pour chaque moment du vol. Le vol commence par une ascension lente depuis un perchoir, les ailes vibrantes, un peu à la façon de l'Alouette des champs. Suit un vol circulaire de reconnaissance au-dessus du territoire, toujours accompagné du chant, pendant quelques dizaines de secondes. Puis l'oiseau se laisse chuter vers son perchoir initial d'un vol plané oblique dit "en parachute" en même temps qu'il émet les dernières syllabes du chant.

Alimentationmode et régime

Pipit farlouse
adulte plum. nuptial

Le Pipit farlouse est surtout insectivore, et ce en toutes saisons. Il consomme surtout de petites proies, en rapport avec la taille de son bec.

Pipit farlouse
adulte
Il recherche ces proies soit directement sur le sol, soit dans une végétation rase, soit encore dans tout milieu pouvant en abriter comme les laisses de mer, les tas de fumier, etc. Ces proies se recrutent dans l'ensemble du monde invertébré, insectes divers et leurs formes larvaires, araignées, myriapodes, petits crustacés terrestres, petits vers de terre, petits mollusques, etc.
Dans une moindre mesure, il consomme également des graines en inter-saison, petites graines de graminées, de cypéracées, de joncacées, d'éricacées, etc.

Reproduction nidification

Pipit farlouse
adulte plum. nuptial

Le Pipit farlouse est monogame et territorial pour la reproduction. Suivant la latitude, la saison de nidification s'étend de mars à août.

Pipit farlouse
adulte plum. nuptial
En Europe moyenne, elle débute en avril et les oiseaux ont le temps de mener à bien deux nichées successives, ce qui n'est pas le cas au nord de l'aire.
Le farlouse a un petit territoire (25 ares environ), ce qui autorise une densité spécifique importante. Tandis que le mâle défend le territoire, la femelle construit un nid en forme de coupe, constitué d'herbes sèches, de mousse, le tout lâchement assemblé mais bien caché sous une touffe herbacée ou un petit buisson, de bruyère par exemple. La coupe interne, plus soignée, est tapissé de crins et de poils. La femelle y dépose 4 à 5 oeufs (2 à 7) olive très tachetés de brunâtre qu'elle incube seule pendant 13 jours. Suit un élevage au nid d'une 15e de jours auquel participent les deux membres du couple. Le nid étant au sol, il est fréquent que les jeunes quittent celui-ci prématurément avant même de savoir voler.

Distribution

Pipit farlouse
1ère année

Le Pipit farlouse a une distribution surtout européenne en période de reproduction. On le trouve de l'est du Groenland à la Sibérie occidentale en passant par l'Islande, les Îles britanniques et tout le nord de l'Europe jusqu'à l'Océan arctique et la Mer de Kara en Russie. Une sous-espèce particulière, la ssp "whistleri", occupe une petite partie de cette aire, l'Islande, les Îles Féroé et l'Ecosse.
L'aire d'hivernage est largement disjointe pour des raisons climatiques. En gros, les oiseaux du nord (Groenland, Islande, Fennoscandie, nord de l'Europe et Russie) sont migrateurs. Les groupes de migrateurs descendent en septembre octobre en direction SE pour les oiseaux du nord-atlantique, du sud et du sud-ouest pour les autres et viennent passer la mauvaise saison en Europe occidentale avec les oiseaux locaux sédentaires, ainsi qu'autour du bassin méditerranéen, aux abords de la Mer Noire, au sud de la Caspienne en Iran et jusqu'au sud de l'Asie centrale.

Menaces - protection

Pipit farlouse
adulte
Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Pipit farlouse n'est pas globalement menacé en tant qu'espèce du fait de son immense aire de distribution. Néanmois, on observe un déclin marqué depuis la seconde moitié du 20e siècle en Europe, déclin estimé à 25-30%. A tel point que récemment l'espèce a été classée "near threatened". Les raisons sont faciles à imaginer, changements climatiques, modifications dans les pratiques agricoles (fauches précoces, ensilage, intrants divers...) tout particulièrement.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Pipit farlouseFiche créée le 19/11/2020 par
publiée le - modifiée le 19-11-2020
© 1996-2020 Oiseaux.net